Le forum du Vélo-couché

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les illusions libérales...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Romuald
Abonné absent
avatar

Nombre de messages : 3944
Age : 56
Localisation : Nantes, Loire très Inférieure (44)
Monture(s) : Décathlon avec frein à disque
Kilométrage : zéro pointé
Date d'inscription : 09/02/2005

MessageSujet: Les illusions libérales...   Lun 10 Sep - 13:32

Des illusions libérales et de la liberté individuelle :

A méditer par celles et ceux qui croient encore pouvoir maîtriser le système pour servir leurs petits intérêts personnels en faisant confiance au libéralisme.

Citation :

Les Illusions libérales, individualisme et pouvoir social. Petit traité des grandes illusions.

JEAN-LÉON BEAUVOIS

L’auteur, spécialiste en psychologie sociale, nous entraîne dans une réflexion vigoureusement argumentée sur l’état de notre prétendue démocratie. Il en démonte faux-semblants et dérives, au fil d’une éclairante analyse dont l’idée directrice est celle de « la disjonction du politique et de l’existence sociale (...), noyau central de l’idéologie libérale ». Sous couvert de faire de nous des individus uniques, dotés d’inaliénables libertés politiques, le libéralisme nous a ôté notre dignité en nous abandonnant totalement aux divers pouvoirs organisationnels qui gouvernent notre existence quotidienne. Conditionnés à obéir partout et sans recours, de la maternelle à la maison de retraite, nous payons ainsi d’une réelle soumission sociale, au bénéfice de « la minorité chic au pouvoir », l’illusoire liberté politique qui consiste à glisser épisodiquement un bulletin dans l’urne, pour conserver le droit de « cocoonner » médiocrement le reste du temps, avec l’espoir fallacieux de « réussir sa vie ».

Alain Accardo.

Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 2005, 424 pages, 18 euros.


http://ques2com.ciril.fr/pdf/8-l36.pdf

Citation :
Premièrement, l’auteur traite de notre liberté :
nous avons accepté la doctrine libérale qui coupe le politique (au sens restreint de gouvernement de la nation) de la vie sociale, de la vie de tous les jours, bref de la vraie vie, vie dans laquelle nous sommes confrontés à un autre type de pouvoir que le pouvoir politique, celui des chefs, des enseignants, des fonctionnaires, des médecins…

Cette coupure libérale entre le politique d’un côté et le social de l’autre, si elle nous garantit une certaine liberté dans le domaine politique (nous élisons nos gouvernants sans leur être personnellement soumis), nous laisse entièrement soumis au pouvoir social dans les autres domaines, qu’il s’agisse de celui des entreprises, des universités, des hôpitaux, des écoles…

Bref, si nous sommes libres dans le domaine politique, nous sommes – pour la plupart d’entre nous en tous cas – soumis dans la « vie sociale », nos mentalités, notre éducation nous préparant d’ailleurs parfaitement à cette soumission.

Deuxièmement, ce sont nos idées qui sont au coeur de la réflexion de Jean-Léon Beauvois :
nous n’avons aucun argument sérieux pour considérer que notre vision des choses, nos idées, nos idéaux, ont atteint un état de légitimité universelle qui puisse nous poser dans le monde comme des modèles, et encore moins comme des phares, et ceci pour au moins deux raisons.

D’abord, parce que nous sommes en permanence soumis à des formes douces, mais très efficaces, de propagande médiatique qui modèlent à notre insu nos représentations, nos opinions. Ensuite, c’est parce que, dans notre vie sociale de chefs, de travailleurs, d’enseignants, d’élèves, de fonctionnaires, d’administrés, de militaires…, nous construisons – à notre insu également – un grand nombre de nos croyances et de nos valeurs.

S’appuyant sur les avancées des sciences psychologiques, l’auteur montre comment nos idées découlent de ce que nous devons faire et des valeurs que véhiculent les rapports sociaux qui fixent ce que nous devons faire.

Nos croyances et nos valeurs n’ont donc rien d’universel et sont indiscutablement relatives. Elles ont la relativité de notre fonctionnement social, notamment des hiérarchies que ce fonctionnement nous impose.

Troisièmement, l’auteur évoque notre renoncement au progrès. En négligeant le pouvoir social, nous nous condamnons à stagner car nous renonçons à faire des progrès dans un des champs les plus significatifs – et même les plus fondamentalement « humains » dans les sociétés humaines – celui du pouvoir social dont le politique n’est qu’une émanation historique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Lun 10 Sep - 15:32

C'est quoi ce post de coco ?!... gniark

A ce sujet, lire et relire Le double jeu des classes moyennes

Alain Accardo a écrit:
(...) D’une façon plus générale, l’ambivalence des classes moyennes est à la racine de leur rapport au monde social existant. Elles tirent de celui-ci tous les bénéfices et privilèges dont elles jouissent, et peut-être plus encore que les bénéfices réels, forcément limités, provenant de la relative redistribution des biens matériels et symboliques, l’espoir de bénéfices futurs liés à leur possible promotion ou à celle de leurs enfants.
(...)
Quoi qu’il en soit, la plupart se contentent de penser leurs expériences en particulier et le monde en général au moindre coût intellectuel et affectif, au moyen d’une panoplie idéologique de mythes et de lieux communs sans cesse revivifiés et réactualisés par des médias assez représentatifs, dans l’ensemble, de l’ahurissant bricolage intellectuel, à la fois hétéroclite et paresseux, qui caractérise la culture des classes moyennes et qui fait d’elles les comparses et les victimes de toutes les impostures.(...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
Romuald
Abonné absent
avatar

Nombre de messages : 3944
Age : 56
Localisation : Nantes, Loire très Inférieure (44)
Monture(s) : Décathlon avec frein à disque
Kilométrage : zéro pointé
Date d'inscription : 09/02/2005

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Lun 10 Sep - 20:28

Je ne suis pas communiste moi Môssieur.

Simplement Trotskiste hé hé

Je préférerais "hérétique" si ça ne te dérange pas. à la tienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Lun 10 Sep - 22:46

Mais, c'est bien connu... à la une et la deux



CQFD... pfui


Dernière édition par le Mar 11 Sep - 9:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
zehéron
accro
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 47
Localisation : nantes
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 21/01/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Lun 10 Sep - 22:47

non mais dites donc vous deux : qu'est ce que c'est que ces lectures malsaines ? nein : vous êtes priés de les jeter au feu et de consacrer entièrement et avec ferveur votre temps de cerveau disponible au JT-de-20h-de-la-coupe-du-monde-2007-du-marketing, ainsi qu'aux fabuleuses annonces commerciales qui l'accompagne, seuls capable de permettre la "libération de la croissance de la france" ! bravo

quand je pense que j'ai roulé avec ces deux là pas plus tard que dimanche dernier : j'avoue que j'avais déjà un soupçon en moi concernant ces sombres personages et que j'ai bien fait d'avoir tenté (avec succès! ) de crever le pneu de romuald à titre de méchanceté préventive .owanestek
bien sur, en bon traitre de 1ère, je n'allais pas me vanter devant lui d'en avoir été l'auteur.

En tout cas, en voilà deux que j'ajoute sans plus tarder à ma liste de dénonciation de terrorristes, à l'attention de la police de la pensée : ça leur apprendra - à penser !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jdriele
humble


Nombre de messages : 9
Age : 41
Localisation : Toulouse
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Jeu 13 Sep - 12:32

Un livre d'un français qui nous fait une relecture de Marcuse, un auteur très actuelle malgré une thèse près 68.... Ils sont charmants ces chercheurs franchouillards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romuald
Abonné absent
avatar

Nombre de messages : 3944
Age : 56
Localisation : Nantes, Loire très Inférieure (44)
Monture(s) : Décathlon avec frein à disque
Kilométrage : zéro pointé
Date d'inscription : 09/02/2005

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Jeu 13 Sep - 22:44

Oui mais encore?

Et ton avis c'est quoi?

Et la relecture d'Adam Smith ou Friedrich Hayek t'en penses quoi?

J'aime beaucoup le ton à peine lapidaire de ton argumentation gniark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jdriele
humble


Nombre de messages : 9
Age : 41
Localisation : Toulouse
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Ven 14 Sep - 14:54

Mon avis est que les chercheurs français post marxisme ont ignoré l'extrême gauche américaine durant toute la période soviétique. Moralité, il ont un peu de retard (comme cet auteur) ou pire pense qu'il n'y a pas eu de post marxiste aux USA. Je ne pense rien sur l'idée en elle même, mais je sourie quand je survole ce genre de thèse.

Ensuite pour parler d'économie je suis pas au point, je suis plus branché socologie des sciences. Mais si tu veux parler des théories économiques libérales, je dois d'abord terminer un livre que je lis à la vitesse d'une tortue : 39 leçons d'économie ^^

Pour terminé sur cet auteur, les théoriciens de l'alinéation me font rires, ils partent du principe qu'ils ne sont pas eux même aliéné (sinon ils ne pourrait pas penser l'aliénation) et chose plus détestable, il a toujours l'ennemi aliénant forcément flou, dans le cas présent l'économie.

Signé : un total aliéné au point de se croire partiellement libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Ven 14 Sep - 16:13

jdriele a écrit:
les théoriciens de l'alinéation me font rires, ils partent du principe qu'ils ne sont pas eux même aliéné (sinon ils ne pourrait pas penser l'aliénation) et chose plus détestable, il a toujours l'ennemi aliénant forcément flou, dans le cas présent l'économie.
Bah ouais, c'est quand-même vrai que le sophisme, c'est bien aussi balèze que le marxisme question philosophie... à la une et la deux

Voilà un petit (tout-petit) billet digne de bravepatrie.com (sauf que là, c'est pour de vrai pfui ) glané chez la Droite Universitaire et qui devrait te faire plaisir : Post-marxisme et spinozisme, quel nouveau leurre pour la gauche ?

Citation :
(...)Cette "dénonciation" quasi automatique ou pavlovienne du capitalisme doit prêter à rire, puis amener à réfléchir aux constantes mentales qui ne cessent d’harasser les conceptions libérales de la société et de l’économie.
(...)La victoire de Nicolas SARKOZY, assumé homme de droite, peut et doit être l’occasion de redresser la barre et de modifier cette image inouïe de la seule organisation économique qui, depuis trois siècles, a permis à l’humanité de se développer sans discontinuer dans tous les domaines.

Sinon, effectivement, c'est bien fini tout ça, le capital, le marché, la marchandise, le prolétariat, la lutte des classes et j'en passe. Le terme de pensée "post-marxiste", ça me fait furieusement penser à celui d'ère "post-industrielle", bref à du somnifère pour temps de cerveau disponible histoire de ne surtout pas s'éveiller (au sens jéovien bien-sûr gniark ) en pleine période hyper-industrielle où l'hyper-capitalisme hyper-aliène l'hyper-prolétariat par l'hyper-production et l'hyper-consommation de masse (et de merdes).
Y'a aussi le (totalement décompléxé) complèxe militaro-industriel qui fout le bordel un peu partout dans les autres secteurs de la traite de l'homme par ses dirigeants, en jouant avec les allumettes ; mais comme c'est lui qui tient le flingue...
il pleut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Ven 14 Sep - 16:29

Petit (mais costaud) traité post-marxiste

Citation :
Le dynamisme du capitalisme est dans son antagonisme entre le droit abstrait de l'argent qui universalise les échanges et le travail effectif du salarié mesuré à son temps de travail. La concurrence entre tous, comme principe de régulation du salariat, empêche tout progrès dans le sens d'une véritable réappropriation de notre temps car elle implique d'être toujours à la limite des possibilités. C'est, ce qui en fait la productivité mais aussi en limite l'utilité. L'automatisation ne diminue pas le travail individuel mais le travail social global, sans qu'il y ait d'ailleurs une accumulation continue car si le dynamisme de l'économie est lié à la concurrence, au profit, au productivisme du salariat et non à l'utilité, la satisfaction y est tout aussi impossible que l'immobilisme. Si les crises résultent du découplage de l'offre et de la demande qui s'équilibrent de façon cyclique et chaotique, elles manifestent surtout l'antinomie de l'abondance et de l'économie capitaliste basée sur le salariat ; antinomie qui se résout, hélas, par des destructions massives qui s'ajoutent aux désastres d'une production épuisant nos ressources vitales et nous privant toujours plus d'avenir.

Citation :
L'innovation technologique, créant de nouveaux besoins y est comparable à la guerre en ce qu'elle permet une réorganisation et donc une adaptation plus rapide aux conditions nouvelles du marché, un rajeunissement des cadres, etc. Mais, en l'absence de ce stimulant, des destructions massives sont nécessaires (destructions créatrices selon Schumpeter), ainsi que le dynamisme de l'inflation ; mais pour quoi faire: simplement moins de chômeurs, des services moins chers. Or c'est ce qu'on ne peut plus se permettre une fois la mondialisation achevée, les ressources ne pouvant plus que diminuer. On peut raisonnablement penser que nous avons acquis, dans les sociétés qu'on appelle justement développées, un niveau de technique et de confort qui n'a pas vraiment besoin, en tout cas il n'en a plus la possibilité, de s'améliorer considérablement et qui doit bien plutôt s'économiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Ven 14 Sep - 18:20

Noam Chomsky (gauchiste états-z'unien ?... post-marxiste ?...) nous parle du lavage de cerveaux en liberté (Plus efficace encore que les dictatures) hé hé

Citation :
En matière de propagande, si d’une certaine manière rien n’a changé depuis Athènes, il y a quand même eu aussi nombre de perfectionnements. Les instruments se sont beaucoup affinés, en particulier et paradoxalement dans les pays les plus libres du monde : le Royaume-Uni et les Etats-Unis. C’est là, et pas ailleurs, que l’industrie moderne des relations publiques, autant dire la fabrique de l’opinion, ou la propagande, est née dans les années 1920.

Ces deux pays avaient en effet progressé en matière de droits démocratiques (vote des femmes, liberté d’expression, etc.) à tel point que l’aspiration à la liberté ne pouvait plus être contenue par la seule violence d’Etat. On s’est donc tourné vers les technologies de la « fabrique du consentement ». L’industrie des relations publiques produit, au sens propre du terme, du consentement, de l’acceptation, de la soumission. Elle contrôle les idées, les pensées, les esprits. Par rapport au totalitarisme, c’est un grand progrès : il est beaucoup plus agréable de subir une publicité que de se retrouver dans une salle de torture.

Citation :
On vit dans ce monde, pas dans un univers imaginaire. Dans ce monde, il existe des institutions tyranniques, ce sont les grandes entreprises. C’est ce qu’il y a de plus proche des institutions totalitaires. Elles n’ont, pour ainsi dire, aucun compte à rendre au public, à la société ; elles agissent à la manière de prédateurs dont d’autres entreprises seraient les proies. Pour s’en défendre, les populations ne disposent que d’un seul instrument : l’Etat. Or ce n’est pas un bouclier très efficace, car il est, en général, étroitement lié aux prédateurs. A une différence, non négligeable, près : alors que, par exemple, General Electric n’a aucun compte à rendre, l’Etat doit parfois s’expliquer auprès de la population.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
jdriele
humble


Nombre de messages : 9
Age : 41
Localisation : Toulouse
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Ven 14 Sep - 18:51

La notion de post-marxisme est adopté par les post marxistes eux mêmes me semble-t-il. Marx est bien mort, tout raisonnement après ceux de Marx est donc post marxiste.

Quand je dis que les chercheurs français post marxisme sont nul, c'est que ce qu'il dise aujourdh'ui était dit il y a plus de trente ans aux USA par des post marxistes de l'école de Frankfort. Le hic, c'est que le post marxiste français de cette époque était bien plus proche de l'URSS que des USA. Moralité, rare sont ceux qui ont enseigné voire lu les écrits dont je parle (suffit de regarder les dates de traduction).

Ai-je dis que le post marxisme était nul ? Non, je fait cependant une critique de l'aliénation car trop souvent (pour ne pas dire systématiquement) on arrive à désigner des ennemis invisibles. D'autres grille d'analyse sur le même sujet apporte des visions complémentaire sur ce point : la théorie des jeux. Ensuite tu tends à sous entendre que je suis de droite car je dénonce les chercheurs français de gauche. C'est pas mal, voilà une belle distortion, je dénonce l'isolement des chercheurs français, c'est tout.

Perso, je suis un fidèle de Roger Caillois. Je te laisse qualifier ça de droite ou de gauche. J'ai fais de la recherche en sociologie, c'est pas pour m'entendre dire que je fais de la science de droite ou de la science de gauche ! Prétendre que des courants scientifiques qui pensent pas pareil sont forcément dans une opposition droite/gauche c'est vraiment stupide.

Pour résumer mon premier post : je vais pas payer 19€, un livre écrit pas un obscur chercheur français (enfin, que je ne connais pas) alors que je peux trouver la même chose qui date de trente ans et écrit par l'un des plus brillant théoricien social post marxiste pour le prix d'un livre de poche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Ven 14 Sep - 21:16

Bon, effectivement, on va pas y passer la nuit, sauf que tu ne m'enlèveras pas de l'idée que le post-marxisme, c'est comme le néo-libéralisme, de la belle novlangue pour ne plus avoir à revenir sur ces vieux machins totalement hors d'âge et d'usage.

Citation :
je fait cependant une critique de l'aliénation car trop souvent (pour ne pas dire systématiquement) on arrive à désigner des ennemis invisibles.
Ben moi, il m'apparaît pourtant bien que la recherche est totalement aliénée à l'industrie qui la perfuse de l'université à l'usine et l'instrumentalise selon ses besoins qui sont tout sauf désintéressés et apolitiques.

Citation :
je vais pas payer 19€, un livre écrit pas un obscur chercheur français (...) alors que je peux trouver la même chose qui date de trente ans et écrit par l'un des plus brillant théoricien social (...) pour le prix d'un livre de poche
OK d'acc', mais peut-être faudrait-il être un peu moins narquois et un peu plus explicite dès le départ dans ton argumentation... hé hé
Ne connaissant pas encore Marcuse, au premier abord, j'aurais tendance à le rapprocher d'un "penseur" contemporain comme Stiegler dans le mixage percutant de la socio et de la psycho. Qu'est-ce que tu en dis ?... p'tet bin qu'oui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Sam 15 Sep - 0:53

Romuald a écrit:
Pendant ce temps, les plus "vertueux" d'entres nous répandent leur idéologie.
(...)
http://generationsfutures.chez-alice.fr/politique/election_presidentielle_2007.htm
Ben mon cochon !!!... pfui
La nouvelle "génération" sait décidément retourner sa veste toujours plus rapidement que celle d'avant.
(qui a dit que ces p'tits cons n'apprenaient jamais de leurs parents ?... hé hé )
La question maintenant est : Réussira-t-il à imposer la "ionisation" de tous les produits maraîchers pour assurer un "futur" (ir)radieux à notre bravepatrie.com ? à la une et la deux

dimanche 16/09 : Je viens de prendre la peine de revisiter le site de Éric et de lire autre chose que le récit navrant (pour moi, bien entendu) des dernières "avancées" de sa "maturation" politique. Je demeure plutôt respectueux, voir admiratif, de toute l'énergie que le lascar dépense à tenter de creuser son petit sillon, même si l'ornière ne semble jamais bien loin... hé hé


Dernière édition par le Jeu 20 Sep - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Jeu 20 Sep - 1:07

Et si après les illusions libérales, on parlait un peu des réalités sociales ?... hé hé

Fastoche, pour ça, il y a l'excellentissime observatoire des inégalités* que je suis retourné consulter encore ce soir suite au visionnage du fameux documentaire SICKO du (présumé) post-marxiste états-z'unien Michael Moore...
Et dire qu'on l'a nous aussi maintenant aux commandes, not'Georges Bush à nous... il pleut




(*) Mais de quelles "réformes" la France a-t-elle besoin ?
Citation :
(...)Il est tentant de se demander si le feu roulant qui tend à déprécier l’économie française provient de ceux qui ne supportent pas l’existence d’un modèle social différent, modèle qui prouverait que la "réforme" n’est pas indispensable. S’il est possible d’assurer la prospérité de presque tous en décourageant la concentration de la richesse entre quelques mains, cela élimine le principal argument des partisans du capitalisme débridé. Comme l’a dit le milliardaire Warren Buffett, les riches aux Etats-Unis mènent - et gagnent - la lutte des classes. Depuis la chute du mur de Berlin, ce vocabulaire semble décrédibilisé et désuet, ce dont certains ont su profiter. Il serait temps de noter qu’ils n’agissent pas dans l’intérêt de tous, mais uniquement dans le leur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Mer 26 Sep - 15:52

Toujours dans la rubrique "réalités sociales",

Gérard Filoche (post-marxiste mais toujours krypto-socialiste) nous narre par le menu comment les réservoirs électoraux historiques de la droite dure (professions libérales, milieu agricole) vont bien morfler, tout comme les nouveaux convertis (voir plus haut) et tous les autres bien-sûr, avec les "réformes" de leur nouvel empereur post-humaniste et hyper-néo-libéral...
http://autrement.blogspirit.com/archive/2007/09/22/retraites.html

Retour également sur le "bouclier" fiscal ( la gerbe ) avec l'observatoire :
http://www.inegalites.fr/spip.php?article721

Citation :
(...)Au total, 234 000 contribuables vont se partager les 810 millions d’euros. Ce bouclier a été justifié de la façon suivante : il fallait éviter que des ménages aux bas revenus ne soient imposés du seul fait de leur patrimoine. C’est le cas de la veuve de l’Ile de Ré (information largement médiatisée), dont les maigres terres ont pris tellement de valeur qu’elle est soumise à l’impôt sur la fortune...

(...)Quoi qu’il en soit, les 197 000 foyers les plus démunis des bénéficiaires ne vont pas gagner grand chose avec le nouveau bouclier fiscal : 700 euros en moyenne. En haut de la hiérarchie des revenus, la situation est différente. Un petit nombre de contribuable va recevoir des montants considérables. 18 000 foyers au revenu annuel supérieur à 41 000 euros vont toucher 31 200 euros de ristourne en moyenne par foyer. Le coût pour la collectivité est de 564 millions d’euros au total. Pour les plus gros patrimoines, c’est une vraie aubaine. Ainsi, 1 080 foyers au patrimoine supérieur à 15,5 millions d’euros toucheront plus de 270 000 euros. Addition pour la collectivité : 272 millions d’euros.

(...)Le décalage est considérable entre l’intérêt des mesures et les montants dépensés pour les mettre en œuvre. De la dette publique aux commissariats, en passant par l’école, les besoins sont criants. Le coût de la modification du bouclier fiscal est équivalent à ce que va rapporter la franchise de soins (montant minimum non remboursé) qui portera sur l’ensemble des ménages, quels que soient leurs revenus.

Spécial "Bonjour chez vous" à toutes les présentes et futures générations de néo-libéraux de cœur ou de raison... coucou

Dernière minute : 1er budget Fillon annoncé avec plus de 30 40 milliards de déficit mais surtout "sans cadeaux fiscaux"... gniark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Mer 10 Oct - 15:42

Economy for ze devil :

En découvrant cet hommage irrévérencieux au grand Milton Friedman, j'ai entendu instantanément Mike Jaeger me susurrer à l'oreille...
Pleased to meet you
Pleased to meet you
Hope you guessed my name, oh yeah
But whats puzzling you
Is the nature of my game
Oh yeah, get down, baby


(Pour favoriser l’obéissance) Effacer le passé ?

Citation :
Considéré comme un théoricien, Friedman rappelle un peu le docteur Folamour : même mélange de dogmatisme, d’innocence, de cynisme, et même rêve de faire figure de sauveur (il a obtenu, en 1976, le prix Nobel (6).) Il prétendait qu’une concurrence non faussée, « pure », pouvait tout régler ! Il a le visage d’un oncle souriant, qui n’a jamais, au grand jamais, mis les pieds dehors, et qui vous emmène à la fenêtre pour vous expliquer ce qui est important dans la vie et ce qui ne l’est pas.

Mais Friedman se double d’un homme politique pratique, dont la carrière a été sans merci. Depuis le début, il a conscience du fait que sa solution de « pureté » pour régler les difficultés de l’humanité ne sera jamais acceptée par ceux à qui elle doit être imposée, à moins qu’ils ne soient dans un état de choc affreux. Pour que les gens acceptent le démantèlement des aides sociales, la suppression d’un revenu minimum et de tout contrôle des conditions de travail, la privatisation des services sociaux, des impôts qui favorisent de plus en plus les riches, la perte de tout droit de faire réellement entendre son opposition, pour que les gens acceptent ce deal (l’exact contraire du New Deal de Franklin D. Roosevelt), il faut d’abord qu’ils subissent un désastre économique et soient pris de panique.

Cette « doctrine du choc » imprègne et détermine depuis quelque temps les décisions globales du G8, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, des stratèges de la Central Intelligence Agency (CIA) et – à l’occasion – de l’armée américaine (guerres du Golfe, d’Irak). Parfois le choc est totalement manigancé, comme au Chili en 1973. Parfois il tombe à point nommé, comme en Russie en 1991, ou en Afrique du Sud en 1994.
[...]
Ceux qui administrent les chocs – qu’il s’agisse de tortionnaires, d’économistes ou d’épouvantails – ont appris, après un demi-siècle d’expérimentations, que la façon la plus efficace de détruire le sens de l’identité des gens consiste à démanteler et à fragmenter systématiquement l’histoire de leur vie qu’ils s’étaient racontée jusque-là, soit à effacer le passé.

Une fois le passé effacé, n’importe quel slogan politiquement pourri, malgré l’innocence qu’il affichera, fera l’affaire : l’heure est au changement, prenons un nouveau départ, repartons de zéro. Ainsi va la démagogie du néolibéralisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Sam 13 Oct - 17:04

Saviez-vous que l'on trouve de plus en plus de livres à lire ou à télécharger gratuitement sur internet ?...
Non-non, je ne parle pas du dernier catalogue d'Ikea ou de La Redoute mais d'ouvrages un peu plus subversifs comme celui-ci :

Edward Bernays
Propaganda
Comment manipuler l'opinion en démocratie
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Oristelle Bonis
Préface de Normand Baillargeon

http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=21

Citation :
1.?ORGANISER LE CHAOS
À ma femme,
Doris E. Fleischman

La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays.

Nous sommes pour une large part gouvernés par des hommes dont nous ignorons tout, qui modèlent nos esprits, forgent nos goûts, nous soufflent nos idées. C'est là une conséquence logique de l'organisation de notre société démocratique. Cette forme de coopération du plus grand nombre est une nécessité pour que nous puissions vivre ensemble au sein d'une société au fonctionnement bien huilé.

[...]

Théoriquement, chacun se fait son opinion sur les questions publiques et sur celles qui concernent la vie privée. Dans la pratique, si tous les citoyens devaient étudier par eux-mêmes l'ensemble des informations abstraites d'ordre économique, politique et moral en jeu dans le moindre sujet, ils se rendraient vite compte qu'il leur est impossible d'arriver à quelque conclusion que ce soit. Nous avons donc volontairement accepté de laisser à un gouvernement invisible le soin de passer les informations au crible pour mettre en lumière le problème principal, afin de ramener le choix à des proportions réalistes. Nous acceptons que nos dirigeants et les organes de presse dont ils se servent pour toucher le grand public nous désignent les questions dites d'intérêt général ; nous acceptons qu'un guide moral, un pasteur, par exemple, ou un essayiste ou simplement une opinion répandue nous prescrivent un code de conduite social standardisé auquel, la plupart du temps, nous nous conformons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
ch.k
beau parleur


Nombre de messages : 59
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Monture(s) : optima baron, noir
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Sam 13 Oct - 20:12

Saliut seb2nantes,

[Ceux qui administrent les chocs – qu’il s’agisse de tortionnaires, d’économistes ou d’épouvantails – ont appris, après un demi-siècle d’expérimentations, que la façon la plus efficace de détruire le sens de l’identité des gens consiste à démanteler et à fragmenter systématiquement l’histoire de leur vie qu’ils s’étaient racontée jusque-là, soit à effacer le passé.

Une fois le passé effacé, n’importe quel slogan politiquement pourri, malgré l’innocence qu’il affichera, fera l’affaire : l’heure est au changement, prenons un nouveau départ, repartons de zéro. Ainsi va la démagogie du néolibéralisme.

]

Cci a très bien été développé et appliqué par les communistes. Je dirai même que c'est un de leur héritage le plu important...

Je placerai le débat, personellement, sur le plan des modes d'aliénation des masses dans les société consuméristes. Mais c'est une méthode de manipulation comme une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb2nantes
souverain du bent
avatar

Nombre de messages : 915
Localisation : La Chapelle sur Erdre (44)
Monture(s) : avec des roues
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Sam 13 Oct - 23:16

Oui bon passons (bien rapidement, je sais) sur les communistes (à ne toujours pas confondre avec le communisme) qui n'ont jamais vitrifié de villes du camp ennemi, eux, malgrés tout, et plaçons donc le débat sur l'aliénation des masses au consumérisme au libéralisme (désolé p'tet bin qu'oui ) avec cette nouvelle suggestion de lecture :

Vivre et penser comme des porcs, De l’incitacion à l’envie et à l’ennui dans les démocraties-marchés.
de Gilles Châtelet.

http://www.fluctuat.net/livres/paris99/chroniq/porcheri.htm

Citation :
L’ouvrage, assez court (150 pages), se veut une réflexion sur la " Contre-Réforme néo-libérale ", une démystification, l’analyse des présupposés scientistes (et ô combien " réalistes ") d’une idéologie dont la pensée n’est pas le point fort. Comment en est-on arrivé là ? Comment, aujourd’hui, justifier l’injustifiable, sortir sans le moindre cynisme que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, que tout est normal dans une société où l’humain, l’être humain, est peu à peu négligé, méprisé, vidé de toute substance ? toutes les impostures d’une idéologie latente – parce que voilée, non écrite et non déclarée (quoiqu’il est de bon ton, chez un patron, ou un Madelin, de se proclamer libéral… mais il ne s’agirait que d’économie, paraît-il, du pragmatisme le plus élémentaire) – sont ici démontées, analysées, mises à plat. Hobbes et l’arithmétique politique d’un Lambert-Adolphe Quételet, l’inventeur de la statistique, la théorie du chaos et l’autorégulation (qui autorisent bien des errements sur plan éthique ou social, et rajeunissent du même coup " la main invisible " d’Adam Smith), le populisme et le snobisme de masse, les illusions de la cybernétique (l’utopie de la transparence dans une communication totale et planétaire – inter-urbaine, surtout), le rejet de la politique et la perte progressive – mais euphorique – du sens civique chez les jeunes, et les moins jeunes, générations, tout cela est exposé avec un sens certain de la pédagogie et un bonheur de style qui fait plaisir à lire. Si certaines notions peuvent paraître floues, l’auteur nous gratifie à la fin d’un " Glossaire pour lecteur peu versé dans l ‘économie politique ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reopen911.online.fr/
aka
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1171
Localisation : Sarkoland - West Coast
Date d'inscription : 15/10/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Mer 12 Mar - 22:34

Vivre en troupeau en se pensant libres
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/01/DUFOUR/15491

Dany-Robert Dufour a écrit:
L’individualisme n’est pas la maladie de notre époque, c’est l’égoïsme, ce self love, cher à Adam Smith, chanté par toute la pensée libérale. L’époque est à la promotion de l’égoïsme, la production d’ego d’autant plus aveugles ou aveuglés qu’ils ne s’aperçoivent pas combien ils peuvent être enrôlés dans des ensembles massifiés. Et c’est bien d’ego qu’il s’agit, puisque les gens se croient égaux alors qu’en réalité ils sont passés sous le contrôle de ce qu’il faut bien appeler le « troupeau ». Celui des consommateurs, en l’occurrence.
[...]
Kant développe le thème de la mise en troupeau des hommes dans Qu’est-ce que les Lumières ? (1784). Elle intervient, pour lui, dès lors que les hommes renoncent à penser par eux-mêmes et qu’ils se placent sous la protection de « gardiens qui, par “bonté”, se proposent de veiller sur eux. Après avoir rendu tout d’abord stupide leur troupeau [Hausvieh, littéralement « bétail domestique »], et soigneusement pris garde que ces paisibles créatures ne puissent oser faire le moindre pas hors du parc où ils sont enfermés, ils leur montrent ensuite le danger qu’il y aurait de marcher tout seul ». A la liste des gardiens du troupeau avancée par Kant – le mauvais prince, l’officier, le percepteur, le prêtre, qui disent : « Ne pensez pas ! Obéissez ! Payez ! Croyez ! » –, il convient évidemment d’ajouter aujourd’hui le marchand, aidé du publicitaire ordonnant au troupeau de consommateurs : « Ne pensez pas ! Dépensez ! »

Quant à Tocqueville, il est remarquable que cet éminent penseur de la démocratie ait envisagé la possibilité de la mise en troupeau des populations lorsqu’il s’interrogeait sur le type de despotisme que les nations démocratiques devaient craindre. La notion de « troupeau » apparaît justement, en 1840, lorsqu’il indique que la passion démocratique de l’égalité peut « réduire chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser » (9). Et de fait, c’est vrai : dans le troupeau, nous sommes tous vraiment égaux.

Après la prolétarisation des ouvriers, le capitalisme a procédé à la « prolétarisation des consommateurs ». Pour absorber la surproduction, les industriels ont développé des techniques de marketing visant à capter le désir des individus afin de les inciter à acheter toujours davantage (10). Les théories de Sigmund Freud ont alors été mises à profit, via leur adaptation au monde de l’industrie qu’a réalisée... son neveu américain Edward Bernays. Ce dernier a exploité (d’abord pour le fabricant de cigarettes Philip Morris) les immenses possibilités d’incitation à la consommation de ce que son oncle appelait l’« économie libidinale (11) ».

Le génie de Bernays, c’est d’avoir vu très tôt le parti qu’il pouvait tirer des idées de Freud. En effet, dès 1923, dans Crystallizing Public Opinion, il explique que les gouvernements et les annonceurs peuvent « enrégimenter l’esprit comme les militaires le font du corps ». Cette discipline peut être imposée en raison « de la flexibilité inhérente à la nature humaine individuelle ». Bernays indique que « la solitude physique est une vraie terreur pour l’animal grégaire [gregarious animal], et que la mise en troupeau lui cause un sentiment de sécurité. Chez l’homme, cette crainte de la solitude suscite un désir d’identification avec le troupeau et avec ses opinions ».
[...]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aka
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1171
Localisation : Sarkoland - West Coast
Date d'inscription : 15/10/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Lun 14 Avr - 23:23

Show-business et politique en France
L’art de faire rêver les pauvres
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/04/CHOLLET/15818


Mona Chollet a écrit:
Dans le modèle marxiste, le travailleur est invité à se défaire de la mentalité servile et autodépréciative qui lui interdit de comparer son sort à celui des nantis pour revendiquer sans complexes le partage des richesses ; en même temps, il s’identifie à ses semblables, salariés ou chômeurs, nationaux ou étrangers, envers qui il éprouve empathie et solidarité. Le génie de la droite a été de renverser ce schéma. Désormais, le travailleur s’identifie aux riches, et il se compare à ceux qui partagent sa condition : l’immigré toucherait des allocations et pas lui, le chômeur ferait la grasse matinée alors que lui « se lève tôt » pour aller trimer… Son ressentiment est ainsi habilement dévié de sa cible légitime, et l’on voit s’enclencher un redoutable cercle vicieux : plus ses conditions de vie se dégradent, plus il vote pour des politiques qui les dégraderont encore (1).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aka
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1171
Localisation : Sarkoland - West Coast
Date d'inscription : 15/10/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Mar 29 Avr - 19:21

Cours moins vite camarade, la fin du monde est devant toi
http://recits.blogs.liberation.fr/thierry_pelletier/2008/04/cours-moins-vit.html


Citation :
C'est bien simple l'ultra libéralisme, sympa, raisonnable et indispensable nous sauvera de l'ultra libéralisme fou. Sempiternel procédé mafieux qui consiste à offrir la protection de sa force comme seul recours aux victimes de sa propre violence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romuald
Abonné absent
avatar

Nombre de messages : 3944
Age : 56
Localisation : Nantes, Loire très Inférieure (44)
Monture(s) : Décathlon avec frein à disque
Kilométrage : zéro pointé
Date d'inscription : 09/02/2005

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Mer 7 Mai - 16:56

L’intérêt général n’est pas soluble dans la concurrence.

Citation :
L’assistance technique à l’assainissement exercée par les Satese, services publics dépendant de la centaine de Conseils généraux français, est mise en péril par l’article 73 de la loi sur l’eau (LEMA) du 30 décembre 2006 et son décret d’application. La mise en concurrence obligatoire de leurs interventions, imposée par le ministère de l’Ecologie au prétexte de contraintes communautaires dénuées de fondement, va pénaliser très lourdement les politiques publiques de l’assainissement sur tout le territoire, à l’heure où la France doit accomplir des efforts considérables pour remettre aux normes ses structures d’assainissement. Faute de quoi des condamnations financières d’un montant de plusieurs centaines de millions d’euros pourront lui être infligées par les instances communautaires.

http://blog.mondediplo.net/2007-10-17-L-interet-general-n-est-pas-soluble-dans-la
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aka
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1171
Localisation : Sarkoland - West Coast
Date d'inscription : 15/10/2007

MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   Jeu 22 Mai - 11:31

Parasites de RMistes !
Feignasses de chomeurs !
Salauds de pauvres !...


La stigmatisation des démunis
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1449

RMI, le décret de la honte
http://www.humanite.fr/2008-02-06_Societe_RMI-le-decret-de-la-honte

Sea, sex and RMI
http://www.collectif-rto.org/spip.php?article613


Citation :
Dernier conseil : avant de sourire hypocritement au contrôleur CAF, pensez à vos dents en or !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les illusions libérales...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les illusions libérales...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» 65 eme anniversaire de la libération
» Protection des valises latérales
» vivre sans illusions
» Valises latérales GSX-F 650 & 1250 >K7
» Question sur la libération d'endorphines+music!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum du Vélo-couché :: Forums Spécifiques :: Forum Ecocitoyenneté & Ecomobilité-
Sauter vers: