Le forum du Vélo-couché

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Eloge de la vacuité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romuald
Abonné absent
avatar

Nombre de messages : 3944
Age : 56
Localisation : Nantes, Loire très Inférieure (44)
Monture(s) : Décathlon avec frein à disque
Kilométrage : zéro pointé
Date d'inscription : 09/02/2005

MessageSujet: Eloge de la vacuité   Mar 23 Juin - 15:31

En ce jour anniversaire de la disparition de Boris Vian, M'sieur Aka, t'jours actif hors du p'tit écran, nous propose cette lecture édifiante. Enjoy!
http://petaramesh.org/post/2009/06/16/Une-des-grandes-questions-de-ce-siecle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Mar 8 Sep - 10:55

Démonstration concrète et imagée de IN GIRUM IMUS NOCTE (but gps equiped)...
La question demeure : C'est quand qu'on va où ?... p'tet bin qu'oui

http://www.youtube.com/watch?v=iC56P-Ro4PY


_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
Romuald
Abonné absent
avatar

Nombre de messages : 3944
Age : 56
Localisation : Nantes, Loire très Inférieure (44)
Monture(s) : Décathlon avec frein à disque
Kilométrage : zéro pointé
Date d'inscription : 09/02/2005

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Mar 8 Sep - 12:25

Ca serait t'y pas la matérialisation de l'autodétermination du hamster dans sa roue?

http://blog.monolecte.fr/post/2009/09/01/L-autodetermination-du-hamster-dans-sa-roue

Monolecte radieux a écrit:
Marche ou crève. Voilà le monde dans lequel nous vivons. Voilà le monde dont on a hérité et probablement celui que nous allons léguer à nos enfants. Pas de quoi pavoiser.

Marche ou crève. Un pas en avant, dix coups dans ta gueule, tu encaisses le recul et tu recommences. Il faut un moral de vainqueur pour survivre dans un monde de perdants. Marche ou crève. Tu y crois, tu te bats, tu te défonces, d'ailleurs, même si tu n'y crois pas, tu fais au moins semblant, au moins la chaleur du troupeau que l'extrême solitude du sage. Bêlons en chœur, peut-être que le loup bouffera le mouton d'à côté, peut-être même qu'en fermant très fort les yeux, tout cela cessera d'exister et la porte du placard se refermera sur sa parade monstrueuse qui a envahi toute la chambre et qui déferle maintenant dans le couloir.
Marche ou crève. Ou faire dans l'originalité, choisir son rythme. Je trottine, je cours, je brasse et je pédale. Je pensais avoir changé d'univers physique et mental, je n'ai fait que m'adapter à la donne en restant dans le mouvement. Ma seule marge de manœuvre, c'est la vitesse que j'imprime à la roue que mes efforts colossaux font tourner mollement sur place.
Marche ou crève. Courir pour oublier qu'on ne va nulle part. Pédaler pour démultiplier le pas perdu. Nager pour ne pas sombrer corps et âme. Ni médaille, ni trophée, ni podium, ou alors tous bien serrés sur la dernière marche. Ni fleurs, ni couronne. Non plus. Rien que l'instant et l'écho de ton souffle court pendant que tu t'échines à avancer. Avancer. Comme des pantins. Les figurants d'un mauvais film qui emmerde tout le monde et dont personne ne veut connaître la fin.
Marche ou crève. K.O. debout, tu t'es encore vautré. Est-il humainement possible de se bouffer autant de portes sans jamais s'enkyster dans le bois du panneau ? Encore une couleuvre à avaler, ton gosier est plus souple et serpentaire qu'un alambic, tu ne peux même plus déglutir ta propre honte, ton ultime négation de toi. Envie de laisser tomber, de baisser les bras.
Et puis quoi ?
Crève dans le fossé, la gueule ouverte. Mais fais-le en silence, pour ne pas troubler la foulée intime et recueillie des autres coureurs de fond. Crève, mais crève donc ! le surnuméraire, l'échappé du dernier rang, le boulet de service, toi, le putain de concurrent. Pas de voiture-balai dans ce tour de force-là, pour ce tas de forçats las. Ce n'est même pas la loi de la jungle, les animaux n'ont jamais été aussi cons. Demain attend pourtant l'ultime ressource du faible de ce soir. C'est la leçon que nous ignorons, que nous méprisons sans cesse et c'est bien là notre perte.

Pas de consolation pour les perdants, ni repos, ni soulagement. On les finira à coups de saton dans le caniveau, ces crevures!
Alors, tu ravales ta peine, tes espoirs et tes colères, tu bandes ces muscles dérisoires que la permanence de la lutte t'a sculptés et tu repars vers le mirage suivant, sans le voir, sans y croire, mais parce que tu n'as, finalement, pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Mar 8 Sep - 16:08

Arf, pourquoi tant d'outrance dans le propos voyons ?... (ça n'est pas mon genre nein )

Je préfère le ton plus feutré, et plus "néo-libéré", de notre Droopy national (mais exilé fiscal) du nouveau roman...

Citation :
La règle est complexe, multiforme. En dehors des heures de travail il y a les achats qu'il faut bien effectuer, les distributeurs automatiques où il faut bien retirer de l'argent (et où, si souvent, vous devez attendre). Surtout, il y a les différents règlements que vous devez faire parvenir aux organismes qui gèrent les différents aspects de votre vie. Par dessus le marché vous pouvez tomber malade, ce qui entraîne des frais, et de nouvelles formalités.
Cependant, il reste du temps libre. Que faire ? Comment l'employer ? Se consacrer au service d'autrui ? Mais, au fond, autrui ne vous intérese guère. Ecouter des disques ? C'était une solution mais au fil des ans vous devez convenir que la musique vous émeut de moins en moins.
Le bricolage, pris dans son sens le plus étendu, peut offrir une voie. Mais rien en vérité ne peut empêcher le retour de plus en plus fréquent de ces moments où votre absolue solitude, la sensation de l'universelle vacuité, le pressentiment que votre existence se rapproche d'un désastre douloureux et définitif se conjuguent pour vous plonger dans un état de réelle souffrance.
Et, cependant, vous n'avez toujours pas envie de mourir.

Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, 1994

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Mer 23 Sep - 23:22

KOYAANISQATSI : Life out of balance
http://fr.wikipedia.org/wiki/Koyaanisqatsi

Koyaanisqatsi VI
envoyé par rootlax. -

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Ven 5 Fév - 17:30

Royksopp - Remind Me
http://www.dailymotion.com/video/xjmp1_royksopp-remind-me_music


Royksopp - Remind Me
envoyé par Pard. - Regardez d'autres vidéos de musique.

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Jeu 11 Fév - 16:20

AT WORK, PART II
http://www.boston.com/bigpicture/2010/01/at_work_part_ii.html

Employées de la société Allemande Duravit, accoudées au balcon en forme de chiotte géant, au siège social de la compagnie à Hornsberg, au sud de l'Allemagne de l'ouest. hé hé 22 Janvier 2010. (REUTERS/Vincent Kessler)

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.


Dernière édition par canis familiaris le Sam 6 Mar - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Mer 3 Mar - 23:23

Petit message à caractère informatif...
L'OTAGE
http://www.youtube.com/watch?v=cbp5iQsrOy8


_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Jeu 25 Mar - 2:05

Chômeur tu es mort ! il pleut
par Andy Vérol

http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=3215&titre=Chomeur-tu-es-mort-par-Andy-Verol

Citation :
Le conseiller continue sa mascarade. Fait-il exprès de ne pas voir que tu ne cherches pas d’emploi ?

Ne voit-il pas qu’on se fout bien de travailler, conspirer avec des collègues, écouter leur stupidité, leurs banalités, leurs areuh areuh professionnels et personnels. Manger avec eux...

Faire

Des

Pots

De

Départ.

Tu lui lances : « J’accepte un emploi où il n’y a pas de repas de fin d’année, pas d’amitié factice entre collègues, pas de petites pauses où on raconte sa petite vie de merde, les problèmes de crèche du petit, les cours séchés par le plus grand, la recherche d’un stage pour le cadet, les histoires de jardin au printemps, de pot-au-feu en hiver, de vente de maison, de vacances au soleil...

J’accepte un emploi où on peut dire ce qu’on pense des dirigeants, les insulter ouvertement. Dire que certains jours on se sent raciste, que d’autres jours, on se sent universaliste. Un boulot où je peux dire à ceux avec qui je trime ma merde : « T’as vraiment une grosse gueule de con aujourd’hui ! ». Un boulot où on ne piaille pas contre les chefs, où les chefs ne font pas les « cool » histoire de te foutre dans leurs petits papiers.

Un boulot sans réunions, sans engueulades, sans ordres, payé à mort, sans heures sup’, complémentaires ou fractionnées.

Un boulot sans lieu de travail, ou alors un lieu de travail où on se pavane, comme chez soi, les couilles à l’air, le bordel partout, le bain qui déborde et les taches de merde dans la cuvette des chiottes. Les draps sales, la vaisselle pas faite, les cadavres de bouteilles et les boulettes de shit dans le tapis. L’ordinateur allumé en permanence, sur des films de cul, Google Earth et des scènes tournées avec des portables sur des bastons de rue en réel. »

Le conseiller ne s’en fout plus. Il garde sa tronche froide et balance des « on se calme monsieur. »

Tu te calmes parce que tu veux conserver tes droits.

« Je plaisantais monsieur. Ma famille, de toute façon, n’existe plus. J’en ai plus. Et j’ai besoin de travailler si je ne veux pas finir à la rue ».

Le conseiller s’en fout, il tend la liasse de paperasse obligatoire qu’il doit remettre à chacun de ses chomedus pour obtenir une hypothétique promotion.
Il ne sert à rien, autant que tu ne sers à rien.

Il s’agit des espoirs frelatés par une vie-mégapole, des vies-néant noyées dans un monde déglingué...

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Mer 31 Mar - 14:45

Les gens débordés...
http://grosse.fatigue.free.fr/blog/?p=36

Citation :
Je hais les gens débordés. Ils n’ont rien de débordant. Ils en rajoutent. C’est de très mauvais goût. C’est leur manière à eux de vivre. Il faut que la coupe soit totalement pleine pour se sentir utile. Ils travaillent mal. Ils rentrent tard le soir. Ils se compliquent la vie. Ils ne sont pas intéressant. Pauvreté. Affligeante. On a envie de leur dire de la fermer. Que seraient-ils sans leur petit emploi ? Sans leurs collègues ? Sans ces tâches que des machines pourraient faire, ou des Chinois lointains (SIC), ou des Indiens ? Voire même : ce qu’ils font, on pourrait ne plus le faire. Dans la plupart des cas, c’est aussi artificiel qu’une économie. Ça ne sert à rien. On s’en passe. Ils le vivent très mal. Il faut leur dire. Mais regardez-donc ! A quoi ça rime ce bazar ? Les cimetières sont plein d’emmerdeurs ! Comme vous ! Ce serait leur faire un mal fou.

La DRH, un acronyme qui lui colle à sa peau sèche de salamandre au néon, la DRH me dit qu’elle est débordée. Pour certains, c’est la saison des cerises, pour elle, c’est la saison des bilans. Tous les mois, elle fait le bilan du bilan. C’est inutile mais ça donne du travail aux autres, et, de fil en aiguille, à des tas de paires de fesses plates tant assises à force de contrôles simultanés. En fait, la DRH est heureuse : manger un sandwich rapidement, ne rien lire, ne rien voir, ne pas faire en semaine ce qu’elle fait peu le week-end, ça lui donne l’impression. C’est déjà beaucoup, et elle n’est pas la seule à avoir l’impression. Petite fille, elle a peut-être fait de la danse. Ça occupe. C’est peut-être même ce qu’elle a fait de mieux. Elle ne le saura jamais. Elle pense utile. Elle est sûre que cette paperasse, ces flux, ces appels, les allers-retours, c’est une forme d’amour, du travail bien fait, bien plein, comme un oeuf dur. Des comme elle, décommelle, j’en vois tous les jours, dans le train. Impossible de les déconnecter. Des vampires inversés. Ordinateurs portables, téléphones portables, clients, comptables. Insupportables. Je rêve d’une immense panne, d’un orage magnétique, d’extra-terrestres aux courbes avantageuses et au libidos insatiables. Il y en aurait pour tout le monde. Elles se jetteraient même sur les moches, même sur les militaires ! On arrêterait la machine. Les seuls débordements concerneraient la fesse envoûtante de la planète Véga.

Bon, c’est un peu ce que l’on me repproche. La DRH me dit : “Toi, t’as de la chance, t’es resté un enfant.” Effectivement.

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Jeu 1 Avr - 10:36

ATTENTION DANGER TRAVAIL - Pierre Carles
(Entretien avec des déserteurs du marché du travail d'avant le STO RSA)

http://www.youtube.com/watch?v=z4n_hF_6lP8


_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   Ven 10 Sep - 23:34

Jean Sur a écrit:
Choisir le pessimisme ? Non. Mais il est tiré, il faut le boire. Et vider le verre d'un trait. À faible dose, c'est le pire des poisons. Alibi du renoncement, il mène au dégoût paresseux, au pourrissement. Les malgré tout et les quand même ne font vivre personne. Badigeonner de rose la crasse du monde sous prétexte de protéger l'avenir, c'est le dépouiller du seul trésor qu'on puisse utilement lui léguer : un peu de désir, même blessé, même humilié.

Tout le monde a éprouvé, au moins un instant, cette évidence : tout devient rien. Si minuscule qu'ait été cet instant, aucune drogue ne le fait oublier ; les matelas de consolations, de comparaisons, de statistiques, de savoirs, de résignation, de philanthropie entassés sur lui ne l'étouffent pas.

Quand tout devient rien et qu'on se sent encore vivant, on est arrivé à ce qui commence. Alors la vie n'est plus simulacre ni répétition, mais naissance perpétuelle, éclosion constante. Et l'existence humaine devient ce qu'elle est, un opéra fabuleux, une aventure intérieure et extérieure, individuelle et collective. Mais tout commence par un non qui est l'envers d'un oui, le passage obligé vers lui.

je m'incline http://js.resurgences.pagesperso-orange.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eloge de la vacuité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eloge de la vacuité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eloge de mon Meriva
» Eloge du Defender
» Eloge de l’humilité
» Remontée fantastique de Loeb!!
» L'éloge du carburateur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum du Vélo-couché :: Forums Spécifiques :: Forum Ecocitoyenneté & Ecomobilité-
Sauter vers: