Le forum du Vélo-couché

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 CO2 MON AMOUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   Jeu 17 Déc - 15:05

Grande mascarade, suite...

Ces Etats qui placent leurs intérêts avant ceux de la planète
http://www.bastamag.net/spip.php?article806

Copenhague J-2 : Un sommet sans tête et sans jambes
http://planete.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/12/16/copenahgue-j-2-un-sommet-sans-tete.html

Pendant ce temps-là, très loin d'ici... pas content

Quand le « développement durable » se transforme
en néocolonialisme vert

http://www.bastamag.net/spip.php?article803

Citation :
Dans l’Etat d’Oaxaca, au Sud du Mexique, des multinationales européennes tentent d’implanter de gigantesques fermes éoliennes pour compenser leurs émissions de CO2. Ces projets estampillés écologiques se font au détriment des populations locales et menacent leurs ressources alimentaires. Betina Cruz Velásquez raconte la résistance à ce néocolonialisme vert. Un exemple des dérives du business vert induit par le marché des droits à polluer.

(...)« Le gouvernement et les entreprises nous ont expliqué que ces projets apporteraient du travail et le développement de la région. Au lieu de quoi les gens perdent leurs terres, et l’énergie produite ne bénéficie pas au peuple mexicain. Aucun investissement ne reste dans le pays. Ces firmes annoncent qu’elles vont investir trois milliards de dollars : 78% de ce montant sera investi dans l’achat de turbines en Allemagne, en Espagne ou au Danemark. Les 22% restants seront utilisés pour installer les turbines. Moins d’1% sera alloué au développement de la région. Le développement de l’éolien ne signifie pas que les autres sources d’énergie polluantes seront bannies. C’est l’inverse qui se produit : il y a des discussions autour de l’installation d’une nouvelle centrale nucléaire au Mexique. »

Citation :
« La plupart des firmes qui viennent pour produire de l’énergie éolienne sont d’origine espagnole : Endesa, Union Fenosa, Preneal, Iberdrola, Acciona and Gamesa. Il y a aussi des firmes françaises, suisses, allemandes et italiennes. Ces parcs éoliens font partie du plan « Puebla Panama » lancé en 2001.

Ces entreprises, en collusion avec le gouvernement mexicain, manipulent les pauvres, pour la plupart des Indiens non-hispanophones de ma communauté, pour qu’ils signent des contrats de location. Ces contrats signifient en réalité l’abandon de leurs terres pour 30 ans. Un abandon compensé par des sommes ridiculement basses : les propriétaires Indiens reçoivent 150 pesos (environ huit euros) par hectare et par an. Ils reçoivent également un versement unique de 1000 pesos (environ 50 euros) quand ils signent le contrat. Ces accords ont été présentés à notre peuple en espagnol, alors que dans la plupart des cas les gens ne parlent que le zapotèque.

Ces accords sont également trompeurs parce que les firmes ont promis que les propriétaires pourraient continuer à cultiver leurs terres. Mais le contrat inclut comme restriction que les cultures de plus de deux mètres ne peuvent être plantées. Or le maïs peut pousser plus haut. De leur côté, les firmes n’ont aucune restriction dans leur utilisation de la terre. Les baux sont de 30 ans, mais ils peuvent être automatiquement renouvelés pour 30 années. Et seules les firmes peuvent mettre fin au contrat.

Ces locations représentent une nouvelle forme de féodalisme.
Les entreprises contrôlent des milliers d’hectares. Dans la ville de San Mateo del Mar, elles voulaient louer 4000 hectares, alors que la superficie totale de la commune est de 7000 hectares. C’est un manque complet de respect de notre mode de vie. Les firmes se comportent comme si nous étions des marchandises qui pourraient être achetées. »

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
Colibri
son excellence du royaume du bent
avatar

Nombre de messages : 2088
Age : 30
Localisation : Epinal (Vosges 88)
Monture(s) : Lynxx attack blanc 406/559 vendu, et Baron xs noir 406/700 vendu également. Membre illégitime du forum donc ^^.
Kilométrage : 1500 sur Lynxx et peut-être 2500 sur Baron...
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   Jeu 17 Déc - 20:12

il pleut
Bien sûr, ça on ne le verra pas dans les médias.. encore moins par Y. Arthus Bertrand...
Les multinationales se transforment doucement mais sûrement en "Super-Etats", intouchables et avec leurs propres règles. Le pire c'est qu'on leur donne tout sous prétexte de "développement économique favorable à la population".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/colibri4
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   Sam 13 Mar - 0:56

Les marchés carbone,
ou comment gagner des millions
grâce à la pollution

http://www.bastamag.net/article934.html

Ivan du Roy a écrit:

Opacité des marchés carbone

C’est ce que pointe un rapport publié par l’organisation non
gouvernementale britannique Sandbag qui s’appuie sur les données
fournies par la société de conseils et d’informations Carbon Market
Data spécialisée sur les marchés carbone. Selon l’étude, dix grandes
entreprises européennes ont accumulé 35 millions de tonnes de CO2 en
droits à polluer sur l’année 2008, l’équivalent des émissions de petits
États européens comme la Lituanie. « Sur les cinq années d’échanges
sur les marchés carbone (de 2005 à 2010), nous estimons que ces dix
entreprises ont accumulé 230 millions de tonnes de surplus en permis de
polluer
», écrit Sandbag. Soit près de 3 milliards d’euros au cours actuel de la tonne de CO2.


Deux entreprises implantées en France figurent au premier rang de ce
palmarès : ArcelorMittal et le cimentier Lafarge, quatrième plus gros
émetteur de CO2 dans l’Hexagone, qui a virtuellement empoché 59
millions d’euros en 2008. Comment des grandes industries parmi les plus
polluantes arrivent à dégager des « bénéfices » sur leurs émissions de
CO2 ? La logique du système voudrait, au contraire, qu’elle ne dispose
pas de droits à polluer à revendre, voire qu’elles soient obligées
d’acheter des droits d’émissions sur le marché carbone, et donc de
payer au moins partiellement leurs émissions. Comme on va le voir, le
coût de la pollution est supporté par d’autres épaules.


L’ONG britannique dénonce la très grande opacité des marchés
carbone. Ceux-ci sont en fait faussés dès le départ. Le péché originel
réside dans les quotas que chaque pays attribue à ses secteurs
d’activité en 2005. « Pour protéger la compétitivité de leurs
secteurs industriels, de nombreux pays ont choisi d’accorder des quotas
très généreux, qui incluaient déjà des estimations sur la croissance
d’émissions à venir.
» De nombreuses entreprises ont été
particulièrement protégées par leur État dans le cadre des attributions
de quotas. Ainsi Peugeot a accumulé de futurs « droits à polluer » 2,5
fois plus importants que ses propres émissions de CO2. Les quelques
investissements réalisés dans le développement d’énergies renouvelables
ou dans la protection des « puits de carbone » forestiers dans les pays
du Sud permettent bien de bénéficier en échange de droits à polluer.
Mais ces quelques efforts n’expliquent pas - loin de là - l’ampleur des
droits à polluer qu’ils ont accumulé et qu’ils vont s’empresser de
revendre aux entreprises qui émettent trop de CO2.


Pendant que certains profitent, il faut bien que d’autres compensent. Les pays européens « ont
compensé cette générosité à l’égard de l’industrie en fixant des
plafonds plus bas pour le secteur de l’énergie, qui n’est pas exposé à
la compétition internationale
», explique Sandbag. Résultat :
ArcelorMittal, Lafarge ou Peugeot ont pu accumuler des permis de
polluer très importants pendant que d’autres entreprises, notamment
dans l’énergie, dépassaient – voire explosaient - leurs quotas
d’émissions.


Une double peine pour les entreprises ? Ou les consommateurs ?

C’est le cas des énergéticiens allemands RWE et E.ON, ou, en France,
de GDF-Suez et d’EDF. Ces entreprises seront donc obligés de réduire
leurs émissions : en investissant dans des « mécanismes de
développement propres » dans les pays du Sud ou en achetant des droits
à polluer... à ceux-là même qui n’ont pas eu besoin de faire de réels
efforts pour les obtenir.

Qui supportera ces investissements et ces surcoûts ? Les clients des compagnies énergétiques. « Les
consommateurs européens vont donc à leur insu subventionner l’industrie
et payer pour des réductions de CO2 qui n’ont pas demandé d’efforts. Le
risque existe aussi qu’ils supportent le coût des droits à polluer que
ces entreprises recevront en échange de leurs investissements ou
qu’elles devront acheter
», pointe le rapport. Bref, sous prétexte
d’activité économique plus « propre », on s’apprête à payer des
réductions d’émissions de CO2 qui n’ont pas vraiment eu lieu.

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   Mer 31 Mar - 16:40

Les scientifiques du Climategate blanchis pfui
http://www.slate.fr/story/19363/les-scientifiques-du-climategate-blanchis

Citation :
Les expressions qui faisaient le plus débat dans les e-mails ont été interprétées avec indulgence par la commission: «astuce» serait une «expression familière pour méthode souple de traitement des données» et «cacher le déclin» un raccourci pour «écarter des données que l'on sait être erronées». La commission a ajouté que les chercheurs ne devraient pas être critiqués pour des commentaires informels sur leur travail.

source : http://www.guardian.co.uk/environment/2010/mar/31/climate-mails-inquiry-jones-cleared

_________________
L'organisation du travail et l'organisation des loisirs referment les ciseaux castrateurs chargés d'améliorer la race des chiens soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   Dim 11 Juil - 19:55

Une [énième] commission d'enquête réhabilite
les chercheurs de l'université d'East Anglia,
accusés d'avoir manipulé des données.

http://www.rue89.com/blog-londres/2010/07/08/comment-le-faux-scandale-du-climategate-sest-degonfle-157963
Citation :

En portant atteinte à la crédibilité de la communauté scientifique, le Climategate a contribué à l'échec de Copenhague. Il a donné une tribune aux « négationnistes », désormais invités sur tous les plateaux de télévision.

Après des mois de battage médiatique, la commission d'enquête sur les -emails de l'université d'East Anglia vient remettre les points sur les « i », en réfutant une à une toutes les accusations des climatosceptiques.

* Manipulation de données : faux

Les climatosceptiques soupçonnaient les chercheurs d'East Anglia de trafiquer les chiffres pour faire croire à un hypothétique réchauffement climatique. Accusation balayée :

« Sur les allégations contre l'attitude des scientifiques du CRU, nous sommes arrivés à la conclusion que leur rigueur et leur honnêteté ne peuvent être mises en doute. »

* Rétention d'information : faux

Les climatosceptiques se plaignaient de ne pas avoir accès aux données. La réponse de la commission d'enquête est sans ambiguïté :

« L'argument selon lequel le CRU aurait quelque chose à cacher ne tient pas. Toute recherche indépendante a la possibilité de télécharger les données et de rédiger ses propres conclusions sans avoir recours aux informations du CRU. »

* Ostracisme : faux

Le rapport rejette l'idée selon laquelle les chercheurs du CRU auraient abusé de leur situation pour empêcher la publication d'articles signés par des climatosceptiques.

Les enquêteurs n'ont trouvé « ni subversion du processus (scientifique) de révision par des collègues, ni tentative d'influencer la politique éditoriale des revues scientifiques ».
Citation :
Les climatologues d'East Anglia ne sortent pas complétement blanchis de cette longue enquête. Le rapport met en cause leur attitude « peu coopérative » et « défensive ». Il leur reproche également un manque d'ouverture dans leurs travaux.
pfui
Mais dans l'ensemble, les conclusions de la commission confirment les deux précédents avis rendus sur cette affaire : celui d'une commission parlementaire, en mars et celui d'un comité interne à l'université, en avril, qui avaient tous deux disculpé les chercheurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
Colibri
son excellence du royaume du bent
avatar

Nombre de messages : 2088
Age : 30
Localisation : Epinal (Vosges 88)
Monture(s) : Lynxx attack blanc 406/559 vendu, et Baron xs noir 406/700 vendu également. Membre illégitime du forum donc ^^.
Kilométrage : 1500 sur Lynxx et peut-être 2500 sur Baron...
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   Jeu 22 Juil - 9:40

Paru ce matin sur la liste FNH :
Citation :

1- Une periode de changement climatique il y a 40 000 ans ?, Cordis Nouvelles pour Europa, 25/06/10

Des scientifiques de l'UE ont decouvert la source de methane qui aurait declenche une periode de rechauffement planetaire rapide il y a 40 000 ans. Dans leur article publie dans la revue Science, ils expliquent que le gaz provenait des zones humides du Nord et non de sediments oceaniques, comme on le pensait auparavant.
L'UE a offert son soutien dans le cadre du projet quinquennal MATRICS («Modern approaches to temperature reconstructions in polar ice cores»), finance a hauteur de 2,1 millions d'euros par une subvention avancee du CER pour chercheurs experimentes accordee au professeur Hubertus Fischer de l'universite de Berne, en Suisse.
La derniere periode glaciale a ete ponctuee de pres de 25 episodes de rechauffement rapide baptises «evenements de Dansgaard-Oeschger», qui se produisaient chaque centaines d'annees et persistaient sur des decennies entieres. Les etudes de carottes glaciaires revelent que les evenements de Dansgaard-Oeschger coincident avec les periodes ou les taux de methane atmospherique etaient relativement eleves.
Les scientifiques se sont longtemps interroges sur l'origine de ce methane. Selon une theorie populaire appelee «hypothese du fusil a clathrates», le gaz a penetre l'atmosphere lorsque l'augmentation des temperatures oceaniques sur les cotes continentales a declenche la liberation de methane, lequel a ensuite ete stocke sous forme de clathrate dans les fonds marins. Mais d'autres chercheurs avancent que le gaz provenait des zones humides au Nord. D'autres questions ont ete soulevees, concernant notamment l'influence de l'elevation des temperatures dans la liberation de methane ou vice-versa, car le methane est un puissant gaz a effet de serre.
Pour mettre un peu d'ordre dans toutes ces interrogations, des scientifiques du Danemark, d'Allemagne et de Suisse ont etudie le methane provenant de bulles d'air emprisonnees dans des carottes glaciaires prelevees dans la banquise du Groenland. Ces bulles offrent un apercu de la composition de l'atmosphere dans un passe lointain. Dans cette etude, l'equipe s'est concentree sur des echantillons de carottes glaciaires datant d'une periode comportant deux evenements de Dansgaard-Oeschger entre 33 700 et 41 000 ans en arriere.
L'equipe a exploite le fait que certaines molecules de methane possedent quelques neutrons en plus et sont plus lourdes que la normale. Element important a signaler, le methane des zones humides possede moins de molecules «lourdes» que le methane oceanique.
L'analyse a revele que le methane provenait des zones humides dans les hautes latitudes Nord en reponse au rechauffement.
Les scientifiques soulignent que cette periode de changement climatique dramatique d'il y a 40000 ans ne peut etre comparee a la periode actuelle.
«Nos resultats ne signifient pas que le methane ou les autres gaz a effet de serre n'ont pas influence le changement climatique; cependant, cette etude reflete les conditions climatiques naturelles au cours du dernier age de glace, longtemps avant que l'humanite n'ait un impact negatif sur le climat mondial en emettant des gaz a effet de serre», nuancaient-ils.
«A cette epoque le changement climatique avait provoque une augmentation de la concentration du methane, generant ainsi un effet de serre considerable. De nos jours, les emissions supplementaires de methane et de dioxyde de carbone sont introduites artificiellement dans l'atmosphere par les activites anthropiques et constituent le principal moteur du rechauffement climatique observe.»
Pour de plus amples informations, consulter :
Revue Science : 

Universite de Berne : <
http://www.unibe.ch>
Institut Alfred Wegener : 



Ou comment expliquer que dès qu'il y a le plus petit réchauffement il y a libération des gazs à effet de serre présents par exemple dans les océans (dilués dans l'eau), et donc qu'il y a intensification du réchauffement, et ainsi de suite... mais SANS remettre légèrement en cause les conneries vulgarisées balancées depuis quelques temps dans le "mass media".
Vous avez bien entendu remarqué, rit jaune et grincé des dents sur le dernier paragraphe gniark "c'est déjà arrivé naturellement, voilà comment ça se passe et pourquoi, mais là c'est complètement différent il n'y a que l'émission des gazs à effet de serre d'origine humaine qui sont responsables, et même le moteur principal s'il vous plait (comme si il y avait quelque chose à entretenir... vu que le réchauffement s'auto-alimente et s'auto accélère, on vient de le voir plus haut et ça s'apprend au lycée).
Il tenait à sa place le pauvre chercheur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/colibri4
canis familiaris
phénix du bent
avatar

Nombre de messages : 1221
Age : 47
Localisation : Naoned
Monture(s) : assise, pliée, debout, couchée
Kilométrage : 1
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   Mar 23 Nov - 19:49

Le Monde a depuis changé son titre racoleur mais au départ, ça disait ça...
10 000 euros sur un Livret A émettent autant de CO2 qu'un 4x4 à la une et la deux
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/11/22/diminuez-l-empreinte-carbone-de-votre-epargne_1443144_3234.html

TerraEco n'est pas z'en reste...
La banque française la plus sale ? Le Crédit agricole
Quand le cabinet conseil en développement durable Utopies classe les établissements les plus émetteurs de CO2, ça décoiffe.
Et ça prouve que vos économies peuvent se transformer en bombe climatique.

http://www.terra-economica.info/La-banque-francaise-la-plus-sale,13804.html

Citation :
Notre argent [placé en banque] finance des crédits à la consommation (automobile, électroménager, etc.), des prêts immobiliers, des entreprises et même des Etats. Et suivant le bénéficiaire de la manne, l’impact en termes de gaz à effet de serre est bien différent. L’argent qui finance une turbine à gaz n’aura évidemment pas les mêmes conséquences que celui qui appuie une ferme éolienne ou la création d’un commerce de proximité. « Ainsi, NEF – une filiale du Crédit coopératif – ne finance que des projets écologiques et/ou sociaux, explique Stanislas Dupré, directeur général d’Utopies. Des fermes d’agriculture biologique, du commerce équitable, des projets d’économie d’énergie, etc. » Le résultat est à la hauteur, puisque 1 000 euros placés dans les livrets de NEF ne représentent, chaque année, que 200 kg d’émissions de CO2. A l’opposé du classement ? Le Crédit agricole, dont les placements suscitent l’émission, en moyenne, d’une tonne de CO2 par an pour 1 000 euros investis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pieterhugo.com/selected-work/the-hyena-other-men/2.jp
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CO2 MON AMOUR   

Revenir en haut Aller en bas
 
CO2 MON AMOUR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Hidalgo, un amour de Fjord
» affiches film "un amour de coccinelle"
» Lui et moi c est une sacree histoire d amour !
» Harley, mon amour de cheval !
» Message d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum du Vélo-couché :: Forums Spécifiques :: Forum Ecocitoyenneté & Ecomobilité-
Sauter vers: